“Inchydoney Memories” élevage de lévriers Greyhounds en Bourgogne
“Inchydoney Memories”élevage de lévriers Greyhounds en Bourgogne

Inchydoney Miney - Diesel, mon “Grand Noir”

Inchydoney Miney, c’est le nom de course de mon premier Greyhound, que j'adoptai en novembre 2002. Et c’est pour honorer sa mémoire que j’ai choisi de nommer ainsi mon futur élevage.

 

Ce grand Greyhound noir, d’une gentillesse et d’une prestance infinies fut celui qui par tout “arriva”. Il m’a marquée à jamais, ainsi que ma propre famille, avec ce tout petit supplément d’âme qui transforme les simples “bons chiens” en “chiens extraordinaires”.

Histoire d’un coup de foudre

Novembre 2002. Je vais chercher un Greyhound mâle au refuge d’Haguenau. Ce chien est un vétéran du cynodrome de Rome qui avait fermé ses portes en mai de la même année, il fait partie des 375 Greyhounds de course qui avaient été secourus par des associations de protection des lévriers dans toute l’Europe. Je voulais un mâle, je n’avais aucune autre préférence, laissons les atomes crochus discuter entre eux.


Après 500 kilomètres de trajet sous la pluie, nous arrivons enfin, mon mari, son grand fils et moi, devant la porte du refuge. Inutile de vous dire dans quel état je suis... Si je n’ai pas repris à fumer ce jour-là, je crois bien que je fumerais plus jamais de ma vie ! Bref, après 20 minutes d’attente (nous étions arrivés trop tôt), nous accédons enfin au saint des saints !

 

Les 10 mètres de l’allée gravillonnée vers le “pavillon des lévriers” m’ont semblé 10 kilomètres ! J’avais envie de courir, de secouer la dame pour aller plus vite. Ils sont là, si près, si inaccessibles encore, pour l’instant, pour quelques secondes. Vite vite, plus vite encore !


Nous voilà devant l’alignement des box. Devant le premier mâle. Une grande forme noire se lève du fond du box, s’ébroue, arrive nonchalamment, puis frétille en nous voyant devant la grille. Saute comme un cabri. Me lèche les doigts à travers la grille. Ma première rencontre avec un Greyhound. Avec MON greyhound. Notre sort s’est scellé à ce moment là. Quelque chose de fort est passé. Il nous avait adoptés. Nous en étions tous conscients.


Par acquit de conscience, nous avons tout de même visité tous les autres mâles. Mais c’était lui, ce premier, ce grand noir au regard si doux. Pas besoin de nous consulter : un simple coup d’oeil entre nous trois, puis j’ai dit à mon mari et à son fils “on est bien d'accord”, tous deux m’ont répondu, “oui, le premier”.

 

J’avais le coeur qui battait à tout rompre. Première promenade. Je fixe la laisse flambant neuve au collier. Première surprise, le lévrier se colle à ma cuisse, marche à mon pas, ne tire pas.

 

Grâcieux et sensible comme un pur-sang, pleinement conscient de sa force et de sa prestance, il trottine contre moi, sent les fourrés, mais reste très attentif. Il y a comme un lien. Un peu comme quand en équitation, par le simple jeu inconscient de votre assiette ou de votre regard, vous guidez votre monture comme par votre pensée.

 

Retour vers le refuge. Le coffre du break est resté ouvert. Dedans, il y a des coussins et des couvertures afin de ménager un trajet retour confortable.

 

Le Greyhound décide et grimpe dedans. Ensemble. Nous le sommes depuis ce jour là.
le Greyhound, baptisé Inchydoney Miney en Irlande, appelé Labrador en Italie, sera Diesel en France. Pour toujours.

 

Tu m’a quittée en août 2011. Où j’ai dû prendre cette terrible décision d’abréger cette vie qui ne valait plus la peine d’être vécue.

Le Greyhound...

Puissance, élégance, noblesse, loyauté... Un grand lévrier qui sait se faire discret. Un athlète calme et facile à vivre... Un compagnon fidèle, pour la VIE !

Contact

Nathalie CLOUX

1, rue des Pierreries

89500 Marsangy

 

03.86.64.14.90

06.81.53.68.15

 

nathalie.cloux@gmx.fr

 

english spoken

si parla anche un po l’italiano

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Nathalie Cloux - Inchydondey Memories Greyhounds